Aller au contenu principal

Groupes de réflexion

Groupes auxquels vous pouvez vous inscrire :

inscriptions ouvertes à partir du lundi 11 septembre 2023

  • Groupe de réflexion n° 2
    Comment mesurer ses progrès dans la pratique ?
    Si le bouddhisme est aujourd'hui bien présent et pratiqué en Occident, les institutions bouddhiques sont rares et ne permettent pas à des pratiquants, souvent isolés, de bénéficier de l'accompagnement spirituel d'un Maître ou d'un "ami de bien" (pāl. kalyanamitta). Comment mesurer soi-même ses progrès sur le Chemin et s'assurer d'être bien sur la bonne Voie ? Existe-t-il des critères pour juger par soi-même sa propre pratique et parvenir ainsi à ce que les textes pālis appellent "l'autonomie dans l'enseignement du Maître" ?

Groupes ayant déjà eu lieu :

Vous sont accessibles les documents fournis aux participants et ceux créés par eux.

  • Groupe de réflexion n° 1
    Comment développer le "détachement" (nekkhamma) sans tomber dans l'indifférence ?
    Le bouddhisme ancien et le Theravāda mettent particulièrement l'accent sur la vertu du détachement et la considèrent même comme un préalable indispensable, aussi bien à l'étude qu'à la pratique. Mais cette vertu est souvent associée, en Occident, à l'idée de désintérêt et semble risquer d'aller jusqu'à l'indifférence, ce qui est ressenti comme une contradiction, notamment, avec la vertu de "compassion". Comment comprendre le "détachement" ? S'agit-il réellement d'une attitude négative ? Comment le développer sans tomber dans l'indifférence ?
     

Groupes à venir :

autres thèmes proposés par les adhérents...

  • Quelle place pour la pratique artistique dans la pratique theravadine ?
    L'art bouddhique existe et tient une place importante dans tous les courants du bouddhisme. Pourtant, la pratique d'un art, même lié à l'iconographie bouddhique, ne possède pas le même statut dans chaque courant. Le Zen, par exemple, a influencé de nombreux arts, même considérés comme "mineurs" (l'art des bouquets, l'art du thé...) ; la pratique de certains arts, littéraires ou graphiques, peut aussi être considérée comme une pratique spirituelle à part entière (la réalisation d'un maṇḍala ou d'une représentation codifiée de l'iconographie bouddhique). Qu'en est-il dans le Theravāda ?
     

  • Comment lutter contre les mauvaises habitudes et développer sa motivation ?
    L'enseignement bouddhique insiste sur l'urgence qu'il y a à pratiquer et sur l'opportunité que cette vie représente pour le faire. Mais, bien souvent, la motivation manque et on s'abandonne volontiers à ses (mauvaises) habitudes, voire à ses addictions, tout en ayant bien conscience de ce que l'on devrait faire mais sans trouver le courage de s'y mettre. Comment échapper à cette indolence ou lutter contre cette paresse ?
     

  • Comment poursuivre dans la vie quotidienne l'entraînement de la pratique assise ?
    Nombre de pratiquants de la "méditation" assise s'interrogent sur la manière de faire perdurer son impact en dehors du temps privilégié qu'ils lui accordent, comme une parenthèse au sein de leur vie quotidienne. Comment faire pour que cet entraînement "infuse" le temps de la vie ordinaire ? Comment ne pas perdre les acquis de cette pratique essentielle, notamment l'attention, au sein des activités de tous les jours ?